Conditions de Vente

Le Parc Criollo & le Musée Ricardo Güiraldes: un trésor culturel

Le Parc Criollo, avec ses 90 hectares situés en bordure de San Antonio de Areco, et le magnifique Musée Ricardo Güiraldes, sont une grande fierté pour les Arequeros, les habitants de la ville.

Un nom révélateur


Le nom de ce musée fait référence à l’un des poètes et romanciers les plus admirés d’Argentine : Ricardo Güiraldes. Son ouvrage à succès, Don Segundo Sombra, s’inspire de la personnalité et du mode de vie de Segundo Ramirez, un gaucho qui travaillait à La Porteña, l’Estancia de la famille Güiraldes, située toute proche de San Antonio de Areco. Le musée relate la vie de l’artiste tout en offrant une ouverture sur l’histoire et les savoirs-faire traditionnels argentins.

Un commencement né d’une coalition


Ricardo Güiraldes est mort en 1927, à l’âge de 41 ans. En son honneur, mais également dans le but de préserver les traditions de nos ancêtres et de promouvoir les coutumes locales, José Antonio Güiraldes, le frère de l’écrivain, fit installer en 1936 une exposition d’objets traditionnels à la maison municipale de San Antonio de Areco.

Le jour de l’inauguration, José Maria Bustillo, un ami de José Antonio, se rend à l’exposition. Touché par les volontés de son camarade, l’architecte propose de créer un parc provincial pour préserver le patrimoine traditionnel argentin. Une fois son projet approuvé par le Ministre des Travaux Publics, le Parc Criollo & le Musée Ricardo Güiraldes sont construits en 1937 sur un vaste domaine situé en amont de la rivière Areco. L’établissement abritant le musée est bâti selon une architecture coloniale espagnole, rappelant les anciennes Estancias de la région.

A l’aube des années 80, le musée jusque-là sous contrôle de la province de Buenos Aires, est transféré à la municipalité de San Antonio de Areco.

Un musée reflétant l’héritage argentin


La Blanqueada, une ancienne pulpería (épicerie-bar) située à l’entrée du musée et en bordure du fameux Camino Real (chemin royal de l’époque coloniale reliant les anciennes vice-royautés du Haut-Pérou et du Rio de la Plata), ainsi que la petite chapelle située à sa droite, ont près de deux siècles d’existence.

A une centaine de mètre plus en arrière se trouve un deuxième bâtiment, de style architectural espagnol et surplombé d’une tour de garde. On y découvre des meubles, des ouvrages et autres manuscrits antiques ayant appartenu à l’écrivain, mais aussi une très riche collection d’objets historiques et artistiques. Tout dans ce musée permet de se familiariser avec le passé du peuple argentin. Visiter un tel lieu est une véritable rencontre avec l’Histoire et la culture Argentine.

De l’autre côté, formant comme un triangle avec les deux premières constructions, se trouve La Matera. C’est une bâtisse toute en longueur qui est utilisée pour des évènements diverses. Mais les paroissiens de San Antonio de Areco aiment s’y retrouver pour les quasi hebdomadaires Peñas, l’occasion de pratiquer les danses folkloriques locales.

L’ensemble du site est si exceptionnel qu’il a été déclaré Monument Historique National en 1999, le considérant comme une richesse contribuant à la grandeur du pays.

La marque “La Guadaña”


Il s’agit de la première marque enregistrée au « Bureau d’Enregistrement des Marques » en 1822, par Don Francisco de Salas Videla. Elle date de 1589 et a été introduite dans la région du Río de la Plata par Juan de Garay. Elle est aujourd’hui utilisée pour marquer les bovins et les chevaux peuplant le Parc Criollo.

Le musée sauvé des eaux


En décembre de 2009, les conditions météorologiques à San Antonio de Areco sont particulièrement extrêmes. Une inondation affecte toute la ville et beaucoup d’édifices localisés près de la rivière Areco sont sinistrés par plus d’un mètre d’eau. Le musée Ricardo Güiraldes est également touché. Le mobilier d’époque étant grandement altéré, un programme de rénovation est mis en place : le musée ré-ouvre ses portes deux ans plus tard, pour le plus grand bonheur des touristes et des locaux.

Cette réhabilitation a par ailleurs été l’occasion de réorganiser les expositions. La collection du musée est désormais répartie dans différentes salles, chacune avec un nom différent, et chacune avec un thème différent : peintures, orfèvrerie, biographies de diverses figures d’Areco, agriculture…, de quoi intéresser les plus grands fanatiques d’histoire.

Chaque année au mois de novembre, le Parc Criollo et le Musée Ricardo Güiraldes sont les lieux centraux de la grande Fête de la Tradition, la célébration de gauchos la plus ancienne d’Argentine. C’est l’occasion d’y admirer les danses et musiques traditionnelles, mais aussi les spectaculaires jeux équestres réalisés par les cowboys de la Pampa.


Autres Articles

Ricardo Güiraldes, la plume d’or des gauchos Danses et musiques folkloriques d’Argentine
?>